• A-
  • A
  • A+
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

L'ART en pop-up

Du 28 avril au 30 mai, la médiathèque accueillera une exposition sur l'Art en pop-up, proposée par Julien Laparade de l'association Oh Pop-U, accompagnée d'ateliers de créations de Pop-Up et de rencontres avec Martine Perrin autour de son livre animé L'arbre à secrets

Au sein de la manifestation Presqu'île en pages, des expositions consacrées au Pop-up seront accueillies dans les  bibliothèques et médiathèques du Syndicat Intercommunal à Vocation Culturelle (Sivoc)

Du 30 mars au 25 avrll

Expositions Oh Pop Up !

« Histoire du livre animé du moyen âge à nos jours » - Médiathèque – Ambarès et Lagrave

« Les lettres s'amusent : Abécédaires, chiffres et couleurs en pop up » -Bibliothèque – Saint Louis de Montferrand

Du 2 au 31 mai

Expositions Oh Pop Up !

« L'Ecole tchèque et Russe » : mise en valeur des des plus fabuleux ingénieurs papier du xxe siècle – Médiathèque – Saint Loubès

 Pour aller plus loin

http://ohpopup.canalblog.com/

http://www.livresanimes.com/histoire/histoire1.html

 -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

PETITE HISTOIRE DU LIVRE ANIME

Crédit : Julien Laparade (Association Oh Pop Up)

Le livre est une fenêtre ouverte sur le monde. Le livre animé nous ouvre les portes d'un univers encore plus fascinant. Nous pénétrons au cœur de l'objet. Nous participons à une scénographie réalisée  par des brodeurs de papier. De tout temps, le livre-mouvement fascine petits et grands, car d’une surface plane  surgit un relief qui donne la sensation que le livre est vivant, qu'il cache sous son apparence des mots, des dessins, des couleurs qui ne demandent qu'à prendre vie en compagnie du lecteur.
Les origines du livre à système remontent à la fin du Moyen Âge. « On considère généralement que le premier “ livre à système” est Cosmographia de Pierre Apian, paru en 1524. Fin XVIe, début XVIIe siècle, l'époque ne connaît pas véritablement d'engouement pour le livre à système. Néanmoins, en 1677, un ouvrage atypique est publié, La Confession coupée. (un livre répertoriant tous les péchés possibles)
Ce n'est qu'au milieu du XVIIIe siècle qu'apparaît le terme de « movable book ». En effet, un ingénieux libraire londonien nommé Robert Sayer « a l'idée en 1765 de créer un livre pouvant raconter des histoires en combinant des moitiés d'images pouvant se placer au-dessus ou en dessous d'autres.(G.P)
Puis ce fut l'époque des panoramas (appelés aussi peep-shows ou livres-tunnels). Les scènes sont alignées les unes derrière les autres pour donner un effet tridimensionnel.
L'ingéniosité victorienne a également conduit à l'élaboration d'autres nouveautés concernant le papier imprimé. Ainsi, les cartes de vœux pop-up deviennent rapidement populaires. ce sont Dean & fils qui créeront le premier livre dit « mobile. Il s’agit de Cendrillon.

Un tournant important : la seconde moitié du  XIXe siècle
C’est l’Allemagne qui domine cette époque, du point de vue tant technologique qu’artistique. Voici quelques-uns de ses artistes les plus importants :
Lothar Meggendorfer (1847-1925) : qui développé pour l’époque une machinerie de papier relativement compliquée. On lui doit notamment le Grand cirque international  dont le décor ne compte pas moins de 450 personnages. (La médiathèque de Saint Martin à Brest en accueille plusieurs versions.
Citons aussi Raphael Tuck (1821-1890) et Ernest Nister (1842-1909) qui vont affiner les techniques du livre mobile.
Un livre publié en 1831 par Jean- Pierre Brès, chez Louis Janet s’intitulant le livre joujou est considéré comme le premier livre interactif du monde
Fin du XIXème siècle, un éditeur français va marquer son temps dans les mécanismes utilisés et par la création d’albums originaux. Il s’agit des éditions Capendu qui accordent une grande importance à l’illustration et à la couleur.

L’émergence des séries
La première moitié du XXe siècle ne connaît guerre de révolution en matière de livres animés. La période est assez pauvre. Néanmoins, on peut mentionner la création de plusieurs séries innovantes :
 Bookano Stories : série britannique, créée à la fin des années 20 par S. Louis Giraud, Blue Ribbon Pop-up issue de la collaboration entre un illustrateur Harold Lentz et un éditeur, The Jolly Jump-ups initiée par Géraldine Clyne, Hop là  série qui voit le jour chez Disney dans les années 30.
1950 et 1960 : les années fastes :
Il faudra attendre le milieu des années 1960 pour assister à la renaissance réelle du livre animé et en relief. Notamment avec l’un des plus grands artistes du genre : Vojtech Kubasta. Influencé par l'univers du conte, il ne cessera de créer des adaptations merveilleuses mais aussi une série aujourd'hui très recherchée : celle des Tip et Top : deux personnages drôles et décalés qui nous font parcourir un monde naïf et tendre.
 
Cette période est propice à une création riche, plurielle et diversifiée : Pour preuve, Bruno Munari dont certaines publications ont été rééditées par Le Seuil il y a quelques années ou encore Rudolf Lukes, compatriote de Kubasta qui reste encore aujourd’hui un artiste méconnu mais dont les dessins et les mécanismes ont révolutionné le monde de l’illustration.
 
 Le livre dit « enfant » devient du coup un objet d'art qui se regarde, qui s'expose et se collectionne. Dans les années 1970 apparaît la collection des « Pop-hop » éditée par Hallmark et Rouge et Or où l'on retrouve des personnages appréciés de nos chères petites têtes blondes (Tintin, Hulk, Robin des bois... Par la suite, Walter Hunt crée en 1975 Intervisual Communications qui va très vite s'imposer comme le leader du livre animé. La société va produire toute une série de maisons d'éditions anglo-saxonnes, françaises et japonaises et lancer la carrière des grands ingénieurs papiers comme Ron Van Der Meer, David Pelham, Jan Pienkowski dont le célèbre Maison hantée reste le pop up le plus vendu à ce jour.
 N’oublions pas David Carter, précurseur du genre, un des ingénieurs papier les plus populaires notamment avec sa série des couleurs publiée chez Gallimard Jeunesse. Puis vont s'imposer deux grands noms que sont Robert Sabuda et Matthew Reinhart qui tous deux se lancent dans des projets ambitieux où la technique est impressionnante.
 La création française n'est pas en reste en termes d'inventivité et de création, d'ailleurs aujourd'hui c'est en France que l'on voit les projets les plus originaux et les plus prometteurs.
Marion Bataille avec le célèbre Abécédaire édité chez Albin Michel (exposé à la médiathèque de Lambézellec à Brest) mais aussi U.G, de son vrai nom Philippe Huguer, Anouck Boisrobert et Louis Rigaud ou encore l'équipe du fabuleux Je t'aime édité par Tana.
 
D’autres techniques accompagnent l’évolution du livre animé : le découpage avec des artistes comme Béatrice Coron, Stéphanie Miguet, Antoine Guilloppé ou Rébecca Dautremer.
 
L’ombro cinéma qui révolutionne le graphisme des albums car à l’aide d’un rhodoïd (calque rigide en plastique ) le lecteur a la possibilité de faire bouger les motifs. (On peut le voir dans la collection des albums télévision des années 1950 et plus récemment avec Pyjamarama de Frédérique Bertrand et Michael Leblond et aussi Poemotion de T. Kurashima).
 
L’histoire des livres animés nous réserve encore bien des surprises, car peu de gens s’y sont vraiment intéressés et le regard des lecteurs devant ces sculptures de papier montre bien la fascination et l’étonnement qu’offrent ces ouvrages atypiques.
 
 Technique du livre animé 
RABATS : Le plus simple de tous les mécanismes est constitué d’une pièce plane qui, en se dépliant vers le haut, dévoile une illustration jusqu’alors cachée aux yeux du lecteur.

IMAGES COMBINEES : Dans ces livres, les pages sont divisées en deux, trois ou plusieurs sections, de sorte que l’on puisse parcourir une page entière, avec toutes ses divisions ou que l’on puisse observer seulement une partie de la page pour qu’apparaisse un dessin résultant de la combinaison de plusieurs illustrations.

IMAGES TRANSFORMABLES : Celles – ci sont de trois sortes : transformation horizontale, verticale ou circulaire. Dans les deux premiers cas, deux images sont coupées en lamelles et imbriquées entre elles, de telle sorte qu’en tirant sur une languette, les lamelles d’une image glissent sur l’autre image à la manière d’une fenêtre vénitienne, décomposant l’image précédente et créant une nouvelle image.
Si le dessin est circulaire, nous sommes en présence de deux disques illustrés et coupés en portions, comme une tente, qui s’imbriquent l’un sous l’autre. Lorsque, par l’actionnement d’un manche, on fait glisser l’un sur l’autre, on obtient un effet de diaphragme dans lequel une image se fond dans l’autre.

ROULETTES : Il s’agit d’un disque giratoire, qui, lorsqu’on le fait tourner, fait disparaître l’image que nous voyons dans une fenêtre pour laisser la place à une autre image.

LIVRES CAROUSSEL : Les pages s’ouvrent à 360 degrés jusqu’à ce qu’elles soient en contact les unes avec les autres, constituant un manège sur lequel illustrations et textes s’agencent autour de l’axe formé par la tranche du livre.

PETIT THEATRE : L’ouverture du livre révèle une petite scène sur laquelle se situent, à différents plans, les décors et personnages qui constituent un conte ou un récit.

PEEP SHOW : Egalement appelés « livres tunnel » dans lesquels le contenu se déploie comme un accordéon de manière qu’en regardant depuis l’une des extrémités du livre, on aperçoit en perspective toutes les pages ajourées qui le constituaient, formant une scène à plusieurs niveaux.

LANGUETTES : Plusieurs livres disposent d’images qui se mettent en mouvement lorsque l’on tire, que l’on pousse ou que l’on fait glisser un levier de papier, à l’origine de mouvements produits à partir d’un axe de métal ou de plastique.

POP - UP : L’ouverture de la page produit l’énergie nécessaire pour qu’une structure tridimentionnelle automatiquement érigeable se déploie, redevenant plate lorsque l’on ferme le livre.

ENVELOPPES ET LETTRES : Quelle meilleure manière d’illustrer un livre épistolaire que de reproduire les lettres elles – mêmes, telles qu’on peut les relever dans la boîte aux lettres ?

PANORAMAS : Toutes les pages du livre se déplient, formant une bande, constituée d’une illustration unique et continue.

Thématiques associées à ce contenu :