• A-
  • A
  • A+
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Invitation goldberg

Il s’agit d’abord d’une rencontre entre un texte et une œuvre musicale majeure, une rencontre entre Johan Sebastian Bach et la romancière Nacy Huston. Mais c’est également une rencontre entre la comédienne Elisabeth Gavalda et le musicien Philippe Bourlois

Invitation Goldberg : une rencontre, une conversation sur les Variations Goldberg …

www.palabretheatre.com/pdf/invitation_Goldberg.pdf

 « Nancy Huston est née à Calgary (Canada) en 1953. Elle a vécu les années 1970 à Paris en suivant les séminaires de Barthes et de Lacan et en participant aux revues féministes SorcièresLes Cahiers du GRIFHistoires d'elles (Désirs et réalités, 1996). Mais cet environnement théorique et idéologique ne satisfait pas toutes ses aspirations. Après la mort de Barthes, elle ose écrire son premier roman : trente personnages, amis d'une claveciniste qui les a invités à son concert, racontent l'un après l'autre leur histoire, le temps d'une des Variations Goldberg (1981). La multiplicité des identités et des voix est une constante de l'écriture de Nancy Huston. » (Encyclopédia Universalis)

 Johann Sebastian Bach (1685-1750), musicien et compositeur allemand fut  membre d’une des plus prolifiques familles de musiciens de l'histoire. Sa carrière s'est entièrement déroulée en Allemagne centrale, au service de petites municipalités, de cours princières, puis du conseil municipal de Leipzig. Peu connue de son vivant en dehors de l'Allemagne, passée de mode et plus ou moins oubliée après sa disparition, son œuvre, comprenant plus de mille compositions, est considérée aujourd’hui comme l'aboutissement et le couronnement de la tradition musicale baroque.

Les variations Goldberg font parties de ces œuvres intemporelles et universelles qui éclairent la pensée de leur créateur. Elles constituent le testament musical de Bach

L’anecdote amusante de la naissance du chef d’œuvre explique le nom curieux de cet ensemble. En 1742, le comte von Keyserling de Leipzig souffrait d’insomnies. Il avait un domestique nommé Goldberg qui était claveciniste et élève de Bach. Le comte insistait souvent auprès de son musicien personnel pour qu’il joue durant ses nocturnes insomnies. Mais il en avait assez d’entendre les mêmes pièces à longueur de nuits. Il demanda alors à Bach de lui composer une nouvelle œuvre. Ce dernier proposa ces magnifiques et très difficiles variations, synthèse de tout l’art du clavier et de l’écriture. »