• A-
  • A
  • A+
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Dulcimer

Dulcimer

Dulcimer

Dulcimer est composé de 5 musiciens, provenant d'univers musicaux différents (folk, rock, blues…), qui se sont rencontrés il y a 15 ans autour d'un projet unique, et qui ont décidé de poursuivre l'aventure tant sur un plan humain, que musical. Pour le groupe, la musique traditionnelle irlandaise est l'une des plus festives qui soit : «En Irlande, le pub a conservé toutes les qualités de vie et de partages qu'offraient nos bistrots d'antan. C'est dans cet état d'esprit que le groupe vous invite au voyage, en vous faisant partager cette ambiance si particulière, empreinte de joie, de rencontres, du tintement des pintes de bières, de convivialité !». Le groupe a donné plus de 300 concerts depuis son existence, il a joué en première partie de Tri Yann, Dan Ar Braz, Kassav, Alan Stivell. De fort belles lettres de noblesse ! Christine Jung, maître de danse, sera là pour coordonner toutes les envies de bouger. La soirée s'annonce joyeuse, chantante, dansante et conviviale.

http://groupe.dulcimer.free.fr/

La musique irlandaise s'est développée sur toute l'île d'Irlande depuis l'Antiquité, parfois influencée par le contexte politique ou religieux de l'époque. À la suite de l'émigration massive des Irlandais au XIXe siècle, elle s'est répandue aux États-Unis notamment, mais aussi sur l'ensemble du Royaume-Uni. Elle a été incluse dans d’autres styles et de nombreux reels et jigs irlandais ont été repris, entre autres par le bluegrass et la musique traditionnelle canadienne, y compris au Québec.
La musique la plus ancienne connue en Irlande est celle des harpistes des clans gaéliques datant du IXe siècle. La harpe figure comme emblème du pays depuis au moins le XIIIe siècle. On ne sait rien des musiciens non professionnels ni des danses pratiquées à l'époque mais le harpiste accompagnait un poète qui proclamait les louanges du chef de clan auquel il était rattaché.
Avec le temps, les musiciens devinrent peu à peu des musiciens itinérants, conséquence du déclin de la société gaélique entre le XIIe siècle et le XVIIe siècle, dont un des derniers témoins est le harpiste Turlough O'Carolan mort au XVIIIe siècle.
Au XVIIe siècle, les danses devinrent très populaires, comme dans le reste de l'Europe. La danse irlandaise connut son apogée au XIXe siècle, et de nombreux témoignages de voyageurs en Irlande prouvent son importance.
En raison d'une crainte de la disparition de la musique irlandaise et de ses instruments, un grand nombre de nationalistes convaincus se regroupèrent à partir de la fin du XVIIIe siècle pour tenter de la faire revivre dans diverses associations.
On assiste depuis les années 1970, et par vagues successives, à un intérêt très marqué pour la musique irlandaise dans le monde entier, particulièrement aux États-Unis où existe une forte communauté d'origine irlandaise, et à un très fort développement de sa commercialisation (disques, concerts, etc.). Si la musique actuelle, harmonisée selon des canons modernes et travaillée en studio, a peu de chose en commun avec les interprétations originales, elle a acquis en contrepartie une renommée internationale exceptionnelle. Aujourd'hui, le terme « musique celtique » se réfère très souvent à cette musique traditionnelle irlandaise actualisée ; mais il ne faut pas oublier que les musiques celtiques comprennent également la musique écossaise, bretonne Musique Galloise, musique cornouaillaise, et galicienne (Espagne), traditionnelles ou non. Certaines maisons d'édition musicale ont même un catalogue de World celtic music.
Source : wikipedia