• A-
  • A
  • A+
  • Imprimer la page
  • Envoyer à un ami

Scenocosme

Les artistes Grégory Lasserre et Anaïs met den Ancxt forment le duo Scenocosme.

Ils mêlent art numérique interactif, musique et architecture afin de concevoir des œuvres évolutives et interactives originales. 

En distillant la technologie numérique, ils en font ressortir des essences de rêve et de poésie, ils en utilisent ainsi la partie vivante, sensible voire fragile. A travers des formes d'expressions pluridisciplinaires, Scenocosme développe la notion d’interactivité, par laquelle l’œuvre existe et évolue grâce à l’action des spectateurs. Ils sont ainsi des « variables » actives propres à développer et donner vie à des microcosmes oniriques au centre de performances collectives musicales ou chorégraphiques.

Alsos*

Alsos*

est une clairière interactive au cœur d'une petite forêt fantastique. 

Dans les contes, la forêt est l’endroit où l’on s’égare. A la fois protectrice et périlleuse, elle est ambivalente. Mystérieuse, silencieuse, secrète, sombre, la forêt favorise les rencontres imprévues. Elle est le lieu des maléfices et des enchantements.

Le spectateur-promeneur est invité à pénétrer dans Alsos*, clairière d’une petite forêt imaginaire reconstituée au cœur d’un espace. Lieu de rencontres intimistes, cet espace de repos suscite rêverie et création d’univers fantastiques. Le cœur mystérieux de la forêt révèle ses secrets acoustiques au spectateur-promeneur devenu porteur de lumière.

 Les spectateurs, munis de lampes-torches, déambulent dans l'espace de la clairière. A l'intérieur, ils éclairent les fleurs fluorescentes dispersées dans les branchages. Chaque fleur réagit alors par des sonorités variées qui évoluent constamment en fonction des intensités lumineuses produites par les spectateurs. Un univers acousmatique évolue ainsi en fonction des intensités lumineuses, et des aléas des interventions du public.

Cette création est aussi une hybridation possible entre végétal et numérique par l'utilisation de la lumière. Chaque fleur camoufle dans son pistil des capteurs de lumière qui en retranscrivent les variations à un programme informatique. La modification des données est liée à la déambulation aléatoire du public dans l'œuvre via la génération d’impulsions lumineuses.

Rencontres imaginaires

Rencontres Imaginaires

Œuvres vidéos interactives comportementales

Le visiteur se retrouve face à un espace d’interaction signifié par un écran miroir. Celui-ci reflète son corps, son visage.

Les mains et visages virtuels apparaissent en noir et blanc en superposition avec l'image du spectateur filmé. Cet artifice donne l'illusion d'une réalité fantomatique troublante. Les technologies numériques utilisées donnent à voir une image qui rappelle les premiers trucages du cinéma telle que la technique des surimpressions employée par Georges Méliès

Vous pourrez découvrir ces deux installations dans le cadre de la manifestation organisée par la ville de Bassens "Faites numérique" qui se déroulera du 27 au 31 janvier à la médiathèque et à la Parenthèse.

>En savoir plus

Thématiques associées à ce contenu :